Hymne à la Nuit / Jc Cholet



Hymne à la Nuit / Jc Cholet

Inclassable, ce spectacle invite les amateurs de jazz et de littérature, les passionnés d’improvisation et les fous d’art vocal… A se croiser, à se rencontrer, à être… Curieux ! Hymne à la nuit est, sans aucun doute, l’un des monuments de la poésie non seulement allemande mais occidentale, écrit par un jeune homme, poète de son état, foudroyé à 29 ans… Un héros romantique. Composée par Jean-Christophe Cholet, la musique de ce long chant poétique  “préside”  la rencontre, inédite, de trois univers musicaux : l’inclassable chanteuse Elise Caron, le Cholet-Känzig-Papaux trio et le choeur Arsys Bourgogne. Lyrisme, charisme, poésie, humour, beauté, tout y est chez Elise Caron… Flûtiste, comédienne, chanteuse… Jazz, contemporain, opéra, jeune public… Tous les domaines sont abordés par cette militante ! Tel un coryphée, Elise Caron s’emparera à sa manière du texte de Novalis et le fera sonner et résonner dans un dialogue surprenant entre elle et le choeur, le choeur et le trio, les musiciens et elle, dans toute une série de combinaisons singulières ! Polyphonique et poly-mélodique, rythmique parfois, le choeur Arsys Bourgogne donne toute sa couleur et sa virtuosité à cette musique inattendue et souvent improvisée qu’Elise Caron et le Cholet-Känzig-Papaux trio s’évertuernt à ponctuer, à détourner, pour construire un nouveau rapport au texte et à la poésie de Novalis. En l’appelant “Hymne”, Novalis a souhaité faire du poète un Orphée, à la fois chanteur et poète… En rencontrant la musique de Jean-Christophe Cholet et de ses interprètes, la poésie de Novalis raisonne comme jamais…

 

Elise Caron / Voix

 

Cholet-Känzig-Papaux Trio

 

Choeur Arsys Bourgogne avec :

 

Glória Fernandez i Blanco soprano / Anne-Marie Jacquin soprano / Cyprile Meier soprano

Sarah Breton alto / Els Janssens-Vanmunster alto / Sophie Toussaint-Primard alto

Jérôme Cottenceau ténor / David Lefort ténor / Pierre Rousseau ténor

Hubert Dény basse / Cyrille Gautreau basse / Jean-Sébastien Nicolas basse